139 697 962 signatures sur MesOpinions.com

Non à la destruction des retraites solidaires

Sauvegarde en cours...
Pétition : Non à la destruction des retraites solidaires

Auteur : SOS retraités

Destinataire(s) : Tous les Français

Réforme ou destruction des retraites ?


Macron en guerre contre les français


Macron prétend imposer un régime de retraite universel et avoir été élu pour cela.


Un même régime pour tous maintenant les droits existants ce pourrait être en effet un progrès. Mais, il ne s’agit pas du tout de cela. En fait, Macron veut faire du passé table rase. Pour lui, les 42 régimes de retraite doivent disparaître. Ces régimes étant basés sur la solidarité entre actifs et retraités. C’est bien le lien social que Macron veut détruire pour mettre en place un système du chacun pour soi sous tutelle de l’état.


Remplacer la gestion démocratique paritaire par un système étatique centralisé illustre parfaitement ce qu’est le macronisme : une révolution conservatrice antisociale brutale faisant fin d’un siècle d’histoire des métiers et des avancées sociales. Et en même temps pour reprendre son jargon, ce recul sans précédent au nom de l’égalité républicaine et du progressisme ! Mais où est le progrès quand tout le monde perd ?


Macron et Delevoye son ministre des retraites (autre nouveauté) ont révélé leur véritable objectif dans un formidable déni : « la réforme des retraites (n’) est (pas) faite pour faire des économies » !.


Quand le non dit vrai. Otez la négation et vous verrez le fond leur pensée et de leur projet.


Faire des économies sur le dos des retraités c’est justement là leur seul but.


C’est d’ailleurs ce que Macron a fait dès son arrivée au pouvoir en augmentant la CSG des retraités et en bloquant l’évolution des retraites en dessous de l’inflation réduisant ainsi le pouvoir d’achat des retraités.


De nombreux retraités ont enfilé un gilet jaune à la suite de cette mesure régressive.


Macron parle toujours des dépenses sociales, « ce pognon de dingue » mais jamais des recettes. Jamais, il n’évoque la solution du financement des retraites : Créer de l’activité et de l’emploi pour avoir plus de cotisations destinées à financer les retraites. Moins de chômage c’est plus de retraite.


Macron fait l’inverse. Il réduit les indemnités des chômeurs et les pensions de retraite et accompagne le chômage.


La baisse programmée des retraites n’est-elle pas le corollaire de la persistance d’un chômage de masse ?


Rappelons qu’à son arrivée à l’Elysée en 2012 auprès de Hollande le chômage réel c’est à dire toutes catégories confondues culminait à 4,9 millions de personnes. Il touche aujourd’hui, 6,2 millions de personnes. Mais Macron a peut-être oublié qu’en dehors de sa campagne électorale d’un an il est au pouvoir depuis 7 ans ? Accepter un niveau de chômage aussi massif conduit inexorablement à cette dégradation des retraites mais aussi de toutes les allocations sociales et à l’effondrement de pans entiers de la société. On le voit notamment avec les Ephad et les hôpitaux.


Qu’en sera-t-il demain avec 2 ou 3 millions de chômeurs de plus du fait des suppressions d’emplois induit par une introduction incontrôlée du numérique ?


Contenir les retraites en dessous de 14 % du PIB c’est la recommandation que lui a fait l’OCDE et qu’il applique avec une ferveur quasi religieuse.


Une fois les retraites intégrées au budget de l’état, le budget étant avalisé par la commission européenne, il c’est Bruxelles qui décidera du niveau des retraites des français.


Ce régime macronien « unique » n’est-il pas tout simplement un régime inique ?


Il est curieux qu’un président censé défendre l’intérêt des français veuille les spolier à ce point et les déposséder de leur histoire et de leur pouvoir de décision.


Visiblement cela ne suffit pas à notre monarque qui veut aussi faire main basse sur l’épargne des caisses de retraite. Le collectif SOS retraites a très bien résumé cette opération en la qualifiant de hold up du siècle.


Ce pillage des caisses de retraite par l’état est là aussi sans précédent.


Remarquons au passage que l’argutie selon laquelle par un effet quasi mécanique « il faudrait travailler plus longtemps car l’espérance de vie augmentait perpétuellement, n’est plus tellement utilisée. En 2015 l’espérance de vie a diminué et évolue très faiblement depuis. Comment pourrait-il en être autrement dans une société à l’environnement toxique et marquée par la hausse de la pauvreté et de la précarité ?


Macron, l’homme pressé de faire appliquer ces mesures, a commandité un rapport sur mesure au COR pour prétexter d’un déficit du système de retraite et de l’urgence ( 2025!) d’une remise à l’équilibre du financement des retraites. Fake news et manipulation de l’opinion autre caractéristique du macronisme.


Car en fait, n’est-ce pas L’étrange Macron et son étrange gouvernement qui créent et entretiennent ce déficit en supprimant massivement les cotisations sociales des entreprises. Privant ainsi les régimes de retraites des ressources nécessaires à leur équilibre ?


Voilà pourquoi, il veut faire cotiser les français plus et plus longtemps pour avoir une retraite plus faible. Pour ce banquier féodal, les français doivent travailler vieux et mourir pauvres. Bel exemple de progressisme en effet.


Mais, comment peut-il imposer ce projet alors qu’il n’a pas de base sociale ? Macron a-t-il été élu pour détruire les retraites ? Et quelle légitimité a-t-il pour le faire ?


En 2017, il a été élu par défaut au second tour alors qu’il ne représentait que 24 % des voix exprimés au 1er tour soit 16% des inscrits et 22 % des exprimés aux européennes de 2019 soit 12 % des inscrits. Sa base sociale est faible et s’affaiblit. Il ne doit son maintien au pouvoir que grâce à sa coalition hétéroclite ultra libérale, son assemblée de soumis, eux aussi élus de second tour, et à la mise en place d’un régime autoritaire réprimant de plus en plus violemment tous ceux qui contestent sa politique.


Faute d’appui, il ne lui reste donc qu’une chose à faire, diviser, diviser, diviser, opposer les français les uns aux autres : les actifs contre les retraités, le public contre le privé, les salariés du régime général et les fonctionnaires et les régimes spéciaux. Les employés contre les cadres; les jeunes cotisants contre les anciens cotisants, les artisans, les commerçants, les agriculteurs contre les professions libérales, les syndicats dit réformistes contre les syndicats dit révolutionnaires. Diviser pour régner, la ficelle est bien connue.


Et comme d’habitude réprimer les manifestants pour attiser la violence entre une poignée de casseurs mis en scène avec la police et tenter de déconsidérer le mouvement social.


Pour s’opposer à ce projet néfaste, convergence ou unité ? C’est ce que redoute par dessous tout Macron et son gouvernement. En tous cas un rassemblement semble se dessiner car tous les régimes de retraite, toutes les caisses, tous les régimes de retraites, tous les métiers sont concernés. Le collectif SOS retraites rassemblant les professions libérales, médicales et cadres a montré cette voie de l’unité. N’est-ce pas la seule façon pour les français, à défaut d’un référendum, de se faire entendre ? De rappeler au monarque ou comme le dit le Canard « au locataire de l’Elysée » que les français ne veulent pas se laisser voler leurs vies !

27.536 signatures

Pétition soutenue par un Super contributeur

  Partager avec vos amis Facebook  Partager avec vos amis Facebook
Partagez la pétition avec vos amis :

Les pétitions soutenues par d'autres utilisateurs

Lancer votre pétition

Lancer ma pétition

Lancez votre pétition pour faire bouger les choses Je lance ma pétition